Thianguel Bori (Lélouma) : un enfant de 6 ans meurt après avoir été copieusement battu par son père

0
506

Lélouma-Guinée : Un petit garçon âgé d’environ 6 ans, sévèrement  battu, sa main droite brûlée par son père, a succombé à ses blessures dans la nuit du mercredi à ce jeudi 25 février 2021 à l’hôpital régional de Labé. L’acte s’est passé dans le secteur Kamaya, district de Kimbely, sous-préfecture Thianguel, préfecture de Lélouma.

Joint dans l’émission «Grand débat» de nos confrères GPP FM, le maire de la commune rurale de Thianguel Bori a relaté les circonstances de ce drame. « J’ai été informé par le chef de centre hospitalier de Thianguel Bori qui m’avait dit de venir voir qu’il y a un problème concernant un enfant avant de l’évacuer d’urgence à l’hôpital régional de Labé. Nous sommes partis et nous avons constaté que l’enfant est couché sur un lit d’hôpital. Selon les informations reçues auprès de la famille, c’est le père qui a brûlé son enfant au niveau de la main droite, son ventre est ballonné. Le responsable du poste de santé m’a dit aussi que toutes les parties du corps sont enflées. On a conclu que certainement qu’il a été sévèrement battu. Comme la mère était présente nous lui avons demandé ce qui s’est réellement passé. Elle nous a dit que l’enfant jouait avec le feu et cela a  brûlé un endroit et son père est venu mettre sa main au feu pour le sanctionner. Les parents de l’enfant sont divorcés et l’enfant vit avec son père. L’acte s’est passé à Kamaya dans le district de Kimbely. L’enfant est âgé d’environ 6 ans. Finalement la direction régionale de l’action sociale a décidé de prendre en charge les frais de soins de l’enfant. Ils sont venus le chercher, mais malheureusement il a rendu l’âme dans la nuit du mardi à mercredi 24 février vers 2 heures du matin. Et c’est la direction régionale de l’action sociale qui a ramené le corps jusqu’à son village natal pour qu’il soit inhumé. Le responsable de la gendarmerie m’a dit que le père de l’enfant, responsable de cet acte, a été transféré à Lélouma où il se trouve dans les mains des services de sécurité », a expliqué M. Mouctar Sintou Bah .

Aissatou Diallo, Labé pour guineetime