Coup d’Etat en Guinée : le Colonel Mamady Doumbouya des Forces spéciales dit avoir pris le pouvoir !

0
336

Conakry-Guinée : Dans l’après-midi de ce dimanche 5 septembre, le patron des Forces spéciales, le Lieutenant-Colonel Mamady Doumbouya, a annoncé à la télévision nationale avoir pris le pouvoir en Guinée.

Tout a commencé le matin, quand des tirs nourris ont été entendus au centre-ville de Conakry. Les forces spéciales, une unité d’élite, dirigée par Mamady Doumbouya ont attaqué le coeur du pouvoir et mis aux arrêts le président de la République.

Voici sa déclaration : «L’irrespect des principes démocratiques, la politisation à outrance de l’administration publique, la gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémiques, ont amené l’armée guinéenne, à travers le comité national du rassemblement et du développement, à prendre ses responsabilités vis-à-vis du peuple souverain de Guinée dans sa totalité.

Nous avons décidé à partir de l’instant, de dissoudre la constitution. Car nous allons réécrire une constitution ensemble cette fois-ci, toute la Guinée. Nous allons nous rassembler, les quatre régions naturelles du pays, les Guinéens de l’étranger, nous allons mener une consultation inclusive pour décider de la vie de ce pays. La personnalisation de la vie politique est terminée.

Nous n’allons plus confier la politique à un homme, nous allons la confier au peuple. Nous venons uniquement pour ça, c’est la seule chose qui nous anime (…). Donc, nous avons dissout la constitution, le gouvernement et les institutions. Nous avons décidé également de la fermeture des frontières terrestres pendant une semaine.

Nous appelons nos frères d’armes, les unités de toute la République, à se mettre du côté du peuple pour une fois et l’aider à sortir de cette ornière. Nous invitons également chacun en ce qui le concerne, à rester dans les casernes et continuer les activités régaliennes : protéger la population et nos frontières.

Nous allons engager une concertation nationale pour ouvrir une transition inclusive et apaisée. Plus personne ne doit mourir pour rien. Les Guinéens ne doivent plus mourir pour la politique. Nous allons travailler ensemble avec tous nos partenaires bi et multi latéraux pour assurer le respect de nos engagements vis-à-vis des organisations internationales».