USTG : Après l’arrêt de la Cour d’Appel, le Secrétaire général appelle à l’union syndicale

0
402

Conakry-Guinée : La Cour d’Appel de Conakry a rendu hier sa décision sur le contentieux qui lie les deux factions de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) d’Abdoulaye Camara et d’Abdoulaye Sow. Cette Cour a rendu sa décision en faveur de l’USTG version Mamou dirigée par Camara Abdoulaye.

Cet arrêt rendu intervient après trois ans de procès. Les juges de la Cour d’appel qui ont siégé ont déclaré que c’est le congrès qui a eu lieu en octobre 2018 à Mamou, en présence des congressistes statutaires, qui a été organisé conformément aux textes qui règlementent le fonctionnement de l’USTG.

Dans une déclaration rendue public ce jeudi 14 Octobre, Abdoulaye Camara a fait une invite à toutes les autres centrale syndicale à l’union pour le bonheur des travailleurs et travailleuses de Guinée. « Après ce verdict, le Bureau Exécutif National de l’USTG avec son Secrétaire Général se sont félicités de l’aboutissement de ce combat judiciaire tant attendu. Toutefois, puisque la vérité n’a pas un autre nom que la vérité et qu’elle a été prononcée par l’institution qui en avait le devoir et le droit, le Bureau Exécutif National rappelle à tous, sans exception, que cette organisation appartient de plein droit à tous les fils et filles de Guinée. A ce titre, il demande à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs de Guinée de lui faire confiance et de venir grossir ses rangs en vue d’une unification globale afin de faire de ce syndicat Guinéen une boussole en Afrique et à travers le monde. Notre invite va en tout premier lieu vers les camarades de la FESABAG, à cause de l’histoire de l’USTG et de ce que cette Fédération a apporté en tant que membre fondateur et à travers son premier Secrétaire Général, le défunt Docteur Ibrahima FOFANA, une véritable icône, qui a dirigé cette Centrale pendant dix-sept (17) ans, c’est-à-dire de 1993 à 2010. Nous devons avoir en vue que nous avons déjà perdu trois ans de notre mandat dans des frictions inutiles d’où la nécessité de chercher à sortir de ce combat et aller aux choses sérieuses. C’est vrai quand on a perdu malgré tout, on a toujours envie de rebondir pour garder une parcelle de dignité, nous le comprenons parfaitement bien mais, il serait préférable aujourd’hui qu’on avance dans la paix, la solidarité et l’entente mutuelle, mettant de côté les égos, comme nous l’ont demandé les nouvelles autorités guinéennes. Nous pensons aussi, que des déclarations incendiaires et autres actes machiavéliques qui gangrénaient hier ces organisations, doivent être bannis du vocabulaire syndical, étant donné que nous vivons désormais une nouvelle ère où nos textes juridiques deviennent notre boussole et la justice sociale son support. Le Secrétariat Général de l’USTG se félicite aujourd’hui des appels et des  manifestations de soutien qui fusent de partout, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, comme pour dire que cette décision judiciaire a ouvert les horizons de l’unification syndicale en République de Guinée. Pour terminer, nous profitons de cette occasion pour remercier très sincèrement et très amicalement toutes les organisations qui, en défendant la vérité, nous ont soutenu, la CNTG en particulier, avec laquelle nous avons toujours évolué en Inter centrale, pour le bien des travailleurs. Nous invitons enfin les syndicalistes de tout bord à éviter d’être les propres assassins du bébé qu’ils ont enfanté dans la douleur« , lit-on lire dans cette déclaration.

Moïse Rama Fils