Riz pourris saisis au Port : M’Bany Sidibé demande que les résultats des analyses soient publiés

0
302

Conakry-Guinée : Depuis quelques jours, il a été constaté qu’un bateau serait actuellement accosté au Port Autonome de Conakry. A son bord, une importante quantité de riz pourris. Informer de la situation au moment de l’arraisonnement dudit bateau, les autorités compétentes, à travers le ministère en charge du Commerce, ont dépêché une équipe pour le contrôle de cette denrée.

Après l’enquête des experts du ministère du Commerce, il a été constaté que la quantité de riz qui est à bord du bateau est effectivement pourrie. Immédiatement, il a été instruit à la direction générale d’arrêter les travaux de débarquement.

Certes une bonne communication du département ministériel, mais l’Union pour la Défense de Consommateurs de Guinée souhaite que des analyses approfondies dans de laboratoires soient faites. M’Bany Sidibé que notre rédaction a interrogé ce mardi 30 novembre a estimé que le nouveau Ministre doit se prononcer sur des éléments techniques et scientifiques et que les résultats des analyse soient publiés.
«Le Ministre ne peut pas aller à travers les organes de sens et commencer à communiquer par voie de presse, il faut qu’on essaye d’emprunter une démarche scientifique. On nous a dit que les résultats doivent être publiées les jours qui suivent. Nous attendons ces résultats et nous sommes en train d’alerter les autres associations membres à l’international (…) Ce qui est salutaire dans cette affaire, le ministère du Commerce nous a fait comprendre qu’aucun sac de riz n’est sorti. Donc, les consommateurs doivent rester tranquilles pour le moment parce que tout le stock qui est arrivé est encore au Port. Donc, à ce niveau, il n’y a pas de soucis. Nous voulons seulement connaitre rapidement les résultats des analyses. Il faut qu’il publie le rapport et élargisse le contrôle sur les autres denrées (sucres, huiles…) au niveau de tous les services», plaide le Président de l’UDCG.

Selon plusieurs sources, une certaine quantité de ces riz pourris qui est débarquée par une société de transport de la place. Elle a été sommée par le ministère du Commerce de saisir cette livraison déjà admise dans certains magasins de la capitale pour des fins de consommation.

Moïse Rama Fils