Justice : Suspendu depuis cinq ans, le Tribunal pour enfants a repris ses audiences criminelles ce vendredi 14 janvier

0
828

Conakry-Guinée : Le ministère de la Justice a procédé ce vendredi 14 janvier 2022 au lancement de la première journée d’audience pour enfants suspendues depuis cinq ans. La cérémonie s’est déroulée dans la salle d’audience de la Cour d’appel de Conakry, en présence de la Secrétaire générale du ministère de la Justice, gardes des sceaux, des représentants des droits de l’homme, des institutions comme l’Unicef, l’Union Européenne et tant d’autres.

Au cours de ces procès, 42 dossiers seront débattus à tour de rôle et concernent les 74 enfants poursuivis.

Présidant cette cérémonie, la Secrétaire générald du ministère de la justice et des droits de l’homme, Irène Marie Hadjimalis, a fait savoir que ces audiences sont la réponse aux exigences de la justice sur mineur. «Vous n’êtes pas sans savoir que le tribunal pour enfants n’a pas de local. Il est installé au niveau du tribunal de première instance de Kaloum où ils n’ont que deux bureaux qu’ils partagent avec un personnel de six membres. Parce que l’état dans lequel ils se trouvent aujourd’hui, ils sont obligés d’attendre les juges du tribunal de Kaloum pour qu’ils finissent leurs audiences« , a-t-elle précisée avant d’ajouter : « Le président du tribunal en a fait cas, il a même saisi le procureur général afin qu’il signe une réquisition pour pouvoir rentrer en possession d’un local digne de nom, qui sera octroyé au ministère de la Justice et notamment au tribunal pour enfants, afin qu’ils puissent être libres et qu’ils puissent faire les audiences à chaque fois qu’ils le désirent. Donc, compte tenu de l’état des lieux, nous avons demandé au procureur général ainsi qu’au premier président (de la Cour d’appel de Conakry) de leur trouver une salle à la Cour d’appel pour qu’ils puissent tenir leurs audiences criminelles. Avec ce problème de COVID aussi, à un moment, on a demandé de surseoir à tenir les audiences dans toutes les juridictions. Donc, il y a plein de petits facteurs qui ont fait que le tribunal criminel pour enfants n’a pas pu siéger depuis 2016« .

Représentant l’Unicef à cette cérémonie, André Moussa a laissé entendre que l’ouverture de ces procès permettra à la Guinée de s’inscrire dans une nouvelle ère.

Le président du tribunal spécial pour enfant a mis cette occasion à profit pour poser quelques doléances telles que la construction d’un local approprié devant abriter le tribunal pour enfant, mais aussi la dotation d’un moyen de déplacement au parquet.

Moïse Rama Fils