UKRAINE : la Russie lance une opération militaire, l’Ukraine craint «une grande guerre en Europe »

0
512
Black smoke rises from a military airport in Chuguyev near Kharkiv on February 24, 2022. Russian President Vladimir Putin announced a military operation in Ukraine today with explosions heard soon after across the country and its foreign minister warning a "full-scale invasion" was underway. (Photo by ARIS MESSINIS / AFP)

Dans un discours à la télévision, tôt jeudi matin, le président russe a annoncé mettre sa menace d’invasion à exécution, dénonçant un « génocide » qui serait orchestré par l’Ukraine dans le Donbass et la politique agressive de l’OTAN à l’égard de son pays.

Le président russe Vladimir Poutine a donc finalement mis ses menaces à exécution, à l’aube du jeudi 24 février. Le chef du Kremlin a annoncé une opération militaire en Ukraine pour défendre les séparatistes prorusses de l’est du pays.

  • La Russie lance son opération militaire en Ukraine

« J’ai pris la décision d’une opération militaire », a déclaré Vladimir Poutine dans une déclaration surprise à la télévision peu avant 4 heures du matin, heure française, dénonçant une fois encore un « génocide » qui serait orchestré par l’Ukraine dans le Donbass (est du pays), arguant de l’appel à l’aide des séparatistes annoncé plus tôt et de la politique agressive de l’OTAN à l’égard de la Russie, dont l’Ukraine serait l’outil.

Il s’est adressé aux militaires ukrainiens leur disant : « Je vous appelle à déposer les armes », assurant qu’ils pourront alors « quitter le champ de bataille sans entrave ». Il a ajouté ne pas vouloir « d’occupation » de l’Ukraine, mais sa « démilitarisation ».

Puis, il s’est adressé à ceux « qui tenteraient d’interférer avec nous. (…) ils doivent savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et conduira à des conséquences que vous n’avez encore jamais connues »« Je suis sûr que les soldats et les officiers de la Russie rempliront leur devoir avec courage », a-t-il dit encore, « la sécurité du pays est garantie ».

Lire la suite sur lemonde.fr