» Le chantier du sanctuaire marial progresse bien » rassure le Préfet de Boffa

0
180

Le préfet de Boffa, Amara Lamine Soumah, est l’invité de la semaine de GuinéeTime. M. Soumah evoque dans cet entretien le dernier pèlerinage chrétien et la situation des infrastructures dans sa localité. Entretien.

 

Monsieur le préfet, votre ville vient d’abriter le traditionnel pèlerinage chrétien. Quels sont vos sentiments au terme ce grand rendez-vous religieux ?

 

Mes sentiments sont des sentiments de satisfaction pour le fait que cet événement qui a regroupé plus de trente mille personnes se soit tenu sans aucun incident majeur. Les pèlerins marcheurs ont effectué le parcours dans de bonnes conditions et également les pèlerins non marcheurs sont arrivés dans des bonnes conditions. Je ne peux que rendre grâce à Dieu en tant que premier magistrat de cette préfecture.

 

Quel a été l’appui préfectoral pour l’organisation de cet événement ?

 

C’est un appui qui dépasse les limites préfectorales. C’est tout le gouvernement qui se mobilise chaque année pour la réussite de cet événement religieux. Ceci est témoigné par la présence aujourd’hui même (dimanche 4 mai,ndlr) de plusieurs membres du gouvernement et des représentants des institutions républicaines. Vous savez également que le gouvernement a alloué un montant de 21 milliards de francs guinéens pour la construction du sanctuaire marial dont le chantier progresse bien. Nous, au niveau préfectoral, avons assuré la sécurité de l’événement, les fournitures des kits de prévention de l’épidémie Ebola et une contribution financière dont je préfère taire le montant.

 

Parlons à présent des infrastructures au niveau préfectoral. Boffa est vue comme cette ville qui souffre du manque d’infrastructures digne de nom. Aujourd’hui quels sont les nouveaux acquis depuis que vous êtes à la tête de cette préfecture ?

 

 Comme acquis en termes d’infrastructure, on peut citer la réhabilitation du réseau électrique entièrement rénové. Avec notamment l’installation de nouveaux poteaux électriques, un nouveau groupe électrogène qui  dessert la ville. Et actuellement, nous sommes sur les travaux de recensement des concessions pour procéder au raccordement électrique et au recensement de tous les anciens abonnés et les éventuels abonnés.  Et compte tenu des grandes charges financières pour alimenter le groupe électrogène, l’Etat a allégé la charge en installant également les lampadaires solaires à travers les voies publiques pour assurer l’éclairage public. 

 

Vous parlez d’électricité, quand est-il du problème potable qui se pose avec acuité dans la ville ?

C’est vrai, la ville est confrontée au problème de la desserte en eau potable. Surtout en saison sèche car le point de captage d’eau qui est là n’est pas idéal. Ce qui fait qu’à saison sèche, le niveau de l’eau baisse et la desserte est fortement perturbée. Nous avons envisagé l’installation d’un nouveau point de captage dans un marigot intarissable qui est là. Et déjà la SEG (société des eaux de Guinée) nous a envoyé une circulaire pour nous dire qu’il y a déjà une société est déjà contactée à ce sujet et bientôt tout va rentrer en ordre. Autre chantier c’est la construction de la Direction préfectorale de l’Education, aujourd’hui l’infrastructure est presque terminée et nous attendons seulement l’inauguration. Beaucoup d’autres infrastructures sanitaires sont en voie de réalisation.

Propos recueillis par Faberto

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici