Manif de l’opposition : l’Autoroute, la barrière infranchissable !

0
233

En dépit de la volonté des leaders de l’opposition, doublée de l’engagement ferme des milliers de militants, l’Autoroute Fidel Castro de Conakry reste une barrière infranchissable. La marche de ce jeudi 23 en est une parfaite illustration.

 
Ce jeudi, aucune colonne d’opposants n’a pu marcher sur l’Autoroute Fidel Castro de Conakry ! Comme les dernières fois, l’imposant dispositif sécuritaire a eu de droit de la hargne des opposants à braver l’interdit.
Les derniers équipements acquis par les forces de sécurité, la  » tortue mobile » qui crache de l’eau chaude aux jeunes téméraires de Bambéto et environs, et des bombes de gaz lacrymogènes qui font plus de mal à l’odorat et souvent à la vue, en sont partiellement les causes.
 » Aujourd’hui il y a une certain engagement des agents des forces de l’ordre sur le terrain. Ils ont pu occuper la route Le Prince quittant Hamdallaye à Bambéto. Les citoyens des lieux ont préféré se réfugier dans leurs domiciles » raconte un confrère vers le grand carrefour de Bambéto.

A la veille de la marche, le poste de gendarmerie basé dans cette localité a été saccagé par les militants de l’opposition, au retour de l’inhumation de 6 jeunes opposants tombés lors des précédentes manifestations appelées par les différents blocs de l’opposition.
 » Des leaders de l’opposition, qui voulaient se retourner à la vue des barrières sécuritaires vers l’aéroport, se sont vu caillasser par leurs militants en colère » a confié notre reporter sur terrain.
Plusieurs véhicules des leaders de l’opposition portent des traces de cailloux et autres projectiles, poursuit-il.
Au micro d’un confrère, le président de l’AFAG, Baidy Aribot, a accusé les forces de l’ordre d’avoir  » infiltré » la foule de militants.
 » Comment un militant peut-il jeter des pierres sur son leader politique? » s’est-il interrogé.
De toute façon, le cortège d’opposants durs à cuir n’a pu franchir les encablures du fief de l’UFDG de Cellou Dalein Diallo. Le sauve-qui-peut qui s’est imposé comme seul recours face aux tirs nourris des agents de sécurité, n’a laissé personne de marbre.
Lors de la dernière manifestation de l’opposition, en dépit également d’un forcing des opposants à rejoindre l’autoroute, en compagnie de leurs militants, la mobilisation des agents de la gendarmerie et de la sécurité a dispersé les éternels marcheurs.
Le gouvernorat de Conakry refuse d’autoriser toute marche sur l’Autourote fidel Castro pour cause, dit-on de risques d’affrontements et de pillages de magasins au niveau du grand marché de Madina. Cellou Dalein Diallo, Sydia Touré, Mouctar Diallo, Kassory Fofana, Lansana Kouyaté ne veulent se plier à cet interdit jugé  » illégal ».

 » L’autoroute fait partie du territoire national guinéen » riposte un des leurs, Faya Millimouno, l’homme qui veut montrer une « autre façon de faire la politique » en Guinée. Même s’il n’arrive à faire voir cette nouveauté aux yeux du populo.

L’opposition guinéenne n’a pas fait acte de candidature pour les législatives de juin prochain. Elle conteste non seulement la publication de cette date mais exige du pouvoir le renvoi de l’opérateur sud africain waymarket la prise en compte du vote des Guinéens de l’Etranger. Sur le chemin de cette bataille tragique qui se joue dans les rues, plus de quinze jeunes sont passés de vie à trépas.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici