« Le premier défi est de trouver un siège pour la Maison de la presse  » déclare Amadou Tham Camara nouveau président du C.A

0
407

Comment avez-vous accueilli la nouvelle de votre élection à la présidence du Conseil d’Administration de la Maison de la presse?

Amadou Tham Camara : avec beaucoup d’humilité, conscient du fait que le défi à relever est énorme. Je voudrais ici remercier les autres membres du conseil d’administration qui m’ont fait confiance.

Quels sont à votre avis, les arguments qui ont plaidé en votre faveur?

Le désir d’alternance. Avant le vote, à ma demande, les statuts avaient été modifiés et le nombre du mandat du président a été réduit. Ainsi, le président du conseil d’administration a désormais un mandat non renouvelable de trois ans. C’est une leçon de démocratie que nous autres « quatrième pouvoir », avions voulu donner aux autres pouvoirs, que nous critiquons tous les jours dans différentes éditions.
 
Quel est le constat de la gouvernance administrative et financière de la Maison de la presse? Les défis qui vous attendent!
La Maison de la presse est bien gérée, car sa gestion quotidienne est confiée à une directrice compétente, dévouée et honnête.
 
Peut-on déjà avoir une idée des reformes que vous envisagez pour redorer davantage l’image de cette institution?
Le premier défi est de trouver un véritable siège pour la Maison de la presse car pour le moment nous sommes en location à Coleah, donc, dans une précarité totale. L’autre défi sera la formation des journalistes et la mise en place d’un système d’autorégulation, afin de prévenir les dérapages dans les medias. Mais, tout cela demande des gros moyens que nous allons solliciter à qui de droit.
 
Vous êtes président de l’Aguipel, vous tenez également la direction d’une association sportive etc.., vous ne craignez pas de disperser vos efforts?
 
Au contraire, ce sont des responsabilités complémentaires qui ne me prennent guère du temps. Donc, avec une petite organisation, j’arrive à les assumer sans désemparer. A dire vrai, ce qui absorbe tout mon temps, c’est la gestion au quotidien de Guinéenews, pas les associations ou autres.
 
Votre présence constante depuis un certains temps, dans les médias, votre ascension fulgurante vous font-elles penser à apporter votre part de contribution à l’action gouvernementale? L’idée vous traverse t-elle la tête?
 
La question ne m’a jamais été posée et j’ai trois ans d’énormes boulots pour la Maison de la presse. Ministre ? Sincèrement, je n’y pense pas pour le moment. Je fais un travail exaltant que j’aime bien, pourquoi changer ?
 
Actualité oblige, un mot sur la finalisation heureuse mais douloureuse de la transition.
J’ai été heureux d’avoir participé à la transition politique de ce pays, en tant que membre du CNT. Cette institution a fait un travail énorme pour la démocratie et la paix, cela le lui sera reconnu bientôt
 
votre mot de la fin
Je voudrais saluer tous vos lecteurs et leur souhaiter bonne année. Que 2014 apporte paix et bonheur dans notre chère Guinée et à tous ses enfants.

Entretien réalisé par Ismaël Camara
 
 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici