Exaspérée, l’opposition demande une recomposition de la CENI

0
276

L’opposition au pouvoir de Conakry, par la voix de son porte-parole, entend remettre sur la table la question de la recomposition de la commission électorale nationale indépendante ( CENI) qui, à ses yeux, ne correspond plus au paysage politique actuel.

 

Selon Aboubacar Sylla, s’exprimant à la suite de la réunion de l’opposition tenue mercredi au palais du palais du peuple, le scrutin législatif a créé une nouvelle situation dans le marigot politique. Ce qui fait que la parité n’est plus observée au sein de la commission électorale.

 » Beaucoup de partis politiques qui étaient de l’opposition ne le sont plus aujourd’hui. Il y a le cas de la NGR ( de Abe Sylla), l’UPG ( de Jean-Marie Doré) et la Géci ( de Fodé Mohamed Soumah) ne sont plus avec nous » explique le député de l’UFDG.

D’ailleurs, « Nous allons initier avec l’aide d’autres députés une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale aux fins de statuer sur le code électoral et des collectivités, mais surtout s’appuyer sur la loi 016 portant composition, organisation et fonctionnement de la CENI » promet le porte-parole de l’opposition.

L’opposition guinéenne est exaspérée par la CENI qui a lancé ces derniers jours un avis d’appel d’offres international pour le recrutement d’un opérateur technique en vue des élections présidentielles de 2015.

 » Nous dénonçons cet état de fait qui est une parfaite volonté de la CENI de reprendre ses fuites en avant(…) Nous contestons tout cela et nous réservons le droit de réévaluer la participation des commissaires de l’opposition au sein de la CENI » poursuit Honorable Sylla.

La commission électorale nationale a invité la classe politique à une rencontre ce jeudi à Conakry, histoire d’échanger – forcément- sur sa feuille de route. Aboubacar Sylla annonce qu’ils seront de la partie en dépit des réserves.

 » Nous sommes désolés et nous déplorons que la CENI soit passé outre. Et que ce soit maintenant que toutes ces opérations aient été effectuées qu’elle nous invite pour faire des échanges alors qu’elle est à un niveau avancé dans le choix de l’opérateur technique. Nous allons répondre à l’invitation que la CENI nous a adressée demain. Nous allons lui dire directement quelle opinion nous avons de sa démarche » soutient Sylla.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici