Le GOHA s’exprime sur l’indemnisation des victimes de pillages de 2013

0
335

 

Abdallah Chérif, très à cheval sur des dossiers relatifs aux dommages subis par les hommes d’affaires guinéens, en marge des manifestations politiques,  a fait un point sur la situation des opérateurs économiques victimes de pillage de 2013. C’était ce mercredi 12 octobre 2016 à la Maison des médias de Guinée.

 Nous sommes content aujourd’hui, nous victimes – des événements politiques- de 2013. Il y  a eu  la fermeture des marchés à plusieurs reprises, beaucoup de problèmes et de tiraillement. Mais Dieu merci, nous sommes rentrés dans le cadre de l’apaisement. Nous remercions deux personnalités, à savoir  le Président de la République et le chef de file de l’opposition, parce que c’est suite à leur rencontre que nous avons obtenus ces résultats » se réjouit le président du Goha.

Au total, 442 victimes enregistrées en 2013, seront dédommagés  à hauteur  de 46 à 50 milliards de francs guinéens. 

Le document de ce dernier accord politique souligne qu’ « En application de l’Accord du 20 Août 2015, relatif à l’engagement du Gouvernement d’indemniser les victimes des manifestations politiques de 2013 :
– les parties au Dialogue s’accordent sur la création de Fonds d’indemnisation des victimes des manifestations politiques de 2013, soit un Fonds pour les victimes décédées et handicapées et un autre pour les victimes de pillage ;

– les Fonds seront placés sous la tutelle du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et alimentés par l’Etat et les Partenaires Techniques et Financiers à l’instar des ‘‘Basket Fund’’ ;

– en ce qui concerne les personnes décédées et handicapées, une structure de gestion sera mise en place sous la tutelle du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD). Outre le MATD, elle comprendra les représentants des Ministères de la Justice, Garde des Sceaux, de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté, de l’INDH, de l’OGDH, du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, deux (02) représentants de la Société Civile désignés par les parties au dialogue, deux (02) représentants des victimes, deux (02) représentants du Cadre de Dialogue soit un (01) pour la Mouvance et un (01) pour l’Opposition ;

– la structure de gestion définira son mode de fonctionnement pour le traitement des dossiers qui lui seront soumis par les ayant-droits ;

– en ce qui concerne les victimes qui ont perdu des biens, la structure de gestion comprendra outre le MATD, les représentants des Ministères de l’Economie et des Finances, du Commerce, de la Justice, Garde des Sceaux, de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté, des victimes, de la Mouvance et de l’Opposition ;

– cette structure définira le mécanisme de son fonctionnement en vue des remboursements des ayant-droits ;

 

 

Nous avons d’autres victimes, mais  les politiciens sont tombés d’accord pour indemniser les victime de 2013. Nous savons que c’est un début et  c’est un grand pas qui est franchi, parce que nous savons qu’en Guinée, depuis l’indépendance, il y a eu beaucoup de victimes. Si aujourd’hui, on parle de dédommagement, nous les encourageons à persévérer », rappelle le président du GOHA.

Il y a juste deux jours que l’association des victimes de pillages de 2015 a levé le doigt pour attirer l’attention sur son dossier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici