Région de Labé : 6 sur 13 sous-préfets en fuite…

0
441

Conakry, Guinée : Depuis le début des manifestations de résistance active et citoyenne lancées par le FNDC précisément le 13 janvier 2020 , il a été constaté que beaucoup sont ces autorités sous-préfectorales qui ont été sommées d ‘abandonner leurs services.

Selon les informations reçues auprès du sous préfet de Popodara qui est à Labé Centre depuis la semaine dernière,  ils sont au moins 6 sur 13 sous préfets relevant  de Labe à abandonner leurs juridictions par peur d’être attaqués par des jeunes manifestants dans leurs localités.

« C’est avec amertume que je prends la parole. Je me suis retrouvé devant un fait donc c’est le jeudi 23 janvier dernier dans les bandes de 15 heures que j ‘ai été alerté de me mettre à  l ‘abri. Les gens voulaient venir pour saccager mon domicile. C’est ainsi que j’ai informé le maire, le vice maire et le responsable de la jeunesse. Ils sont ensuite venus me dire : « sous-préfet, ce qui se passe là, c’est pas notre consentement, c’est pas notre volonté. » Donc, ils m’ont dit d’accepter de sortir et de venir avec eux afin que je sois dans un lieu sûr. Et c’est ce qui fut fait « , relate Aly Konaté.

Aly Konate est le porte-parole des sous-préfets

Le porte parole des 13 sous-préfets de Labé revient sur le nombre concernant cette chasse aux administrateurs, avant d’évoquer son projet.

« A Labé, nous sommes au nombre de six sous-préfets à être chassés. Je ne me mets pas contre quelqu’un et je ne dirais pas que c’est la population de Popodara qui est responsable de ce qui m’est arrivé. Je pourrais repartir comme je ne pourrais pas repartir. Je peux dire à l’État que je ne suis plus prêt à aller, ramenez moi ailleurs. Je suis un administrateur, je peux aller aussi en disant que les populations ne m’ont rien fait  » , conclut le sous préfet de Popodara. 

Il faut noter qu’ ils sont au moins 6 sous préfets à être obligés de quitter leurs lieux de service à  savoir ceux des localités de Popodara, Tuntouroun, Dalein, Diari, Dionfo et Hafia.

Labé, ville reputée fief du chef de file de l’opposition, a été très active dans les revendications contre le projet de la nouvelle constitution du président Alpha Condé. Des scènes de violences inouïes y ont été enregistrées, faisant plusieurs morts dont un ambulancier et des dégâts matériels importants.

Le Gouverneur de région, sommé de quitter les lieux, a pu résister grâce aux forces de l’ordre.


Aissatou Diallo Labe pour guineetime

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici